« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ▲ nathan adams « master »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 44
Date de naissance : 13/09/1996
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 21
Bonjour, je m'appelle Nathan A. Malster et il se trouve que je suis chef des surveillants à l'académie.

MessageSujet: ▲ nathan adams « master »   Dim 28 Juil - 20:25

Me, Myself and I




Prénom(s): Nathan Adams
Nom: Malster
Surnom(s): Nat', Master.
Âge: 23 ans.
Nationalité: Américaine.
Naissance: Un 13 septembre, à New York.

Race: Neko.
Rôle: Chef des surveillants.

Avatar: Sengoku Basara - Date Masamune


∞ Secretly we are gay;

ta mentalité



Il aurait pu être une personne totalement différente. Il n'aurait fallu qu'un peu plus de chance et un peu plus de la volonté de Dieu lui-même pour qu'il fusse un homme, un citoyen, un mari exemplaire. Mais la rue ne pardonne pas. Elle n'est pas faite pour les faiblesses. Y régissent les lois de la jungle, la loi du plus fort. Nathan était fort. Fort parce qu'il n'avait pas besoin des autres. Il n'avait jamais eu besoin d'eux. Tel un loup solitaire, il avait vécu seul. Il n'avait jamais cherché à changer sa situation. Lâche. Il était lâche certes, mais il n'avait rien demandé. Il n'avait jamais demandé à la Vie de le mettre au monde parmi les sacs à poubelle d'une rue sombre et nauséabonde. Tel est Nathan. Une tâche noire sur du tissus blanc. Mais cette tâche noire, oui, celle-là qui ne veut jamais partir, elle attirait l'attention. Comme si elle dégageait un charisme irrésistible, une attirance malsaine. Ce côté bestial, félin, comme si on avait jeté volontairement cette tâche dans ce décor immaculé, dégageait de quelconques phéromones, ajoutait à ce tableau un charme qui n'aurait jamais été tel si elle n'avait pas été là. Nathan est un tombeur d'hommes. Il ne veut que cette sensation d'être vivant, d'être quelque chose. Il ne drague pas. Il n'en a pas besoin. Si ce n'est pas vous qui allez vers lui, il ne viendra pas vers vous. Jusqu'à ce que le besoin devienne trop fort, trop violent, que même les clopes ne réussissent à contenir. S'il vous vise, il fera des efforts, pas trop, n'oublions pas que Nathan est lâche de nature, mais il fera des efforts pour vous aborder et vous faire tomber. Pour avoir ce qu'il veut. Il ne veut pas manipuler, jamais il ne forcera personne. Il vous veut simplement pour quelques minutes, quelques heures, une nuit si vous voulez. Il a gardé cette dépendance depuis sa tendre enfance. On aurait pu parler d'un traumatisme. Du fait qu'il soit tomber sur la tête en naissant. De l'odeur de poisson entrant dans ses poumons de nouveau-né. Ou peut-être simplement parce qu'il n'a jamais connu l'amour.

Parce que Nathan a une bien plus grande dépendance que les clopes qu'il traîne avec lui, dans sa pochette de veste en cuir. Cette dépendance entraîne un homme dans un lit avec lui.

Nathan, enfant de la rue, était passé d'un bébé poissonneux à un dirigeant de commerce de drogue. Certes, cette ascension n'était pas très remarquable, il le sait; parce que Nathan est peut-être égocentrique, atteint du syndrome de nombrilisme, mais il n'est pas idiot. Il assume ce qu'il fait, ce qu'il dit. Jamais il ne regretta d'être franc. Il ne jouera pas les hypocrites pour faire plaisir à qui que ce soit. Il n'a besoin que de lui-même. Que vous fassiez partie de sa vie, ou non. S'il ne vous aime pas, vous le saurez clairement. Mais le problème avec lui réside dans le fait qu'on ignore s'il est heureux ou tout simplement indifférent. Ce regard lointain quand il s'allume une clope, cette bouche affichant une moue ni triste, ni joyeuse. Il est tout simplement. Détaché des autres. Peut-être est-ce une attitude égoïste. De ne laisser personne entrer dans sa vie. Parce que peut-être voulez-vous faire partie de la sienne. Parce que cette attitude je-m’en-foutisme vous met hors de vous et que vous voulez lui faire savoir. Ou parce qu'il vous fascine. En l'observant parfois de plus près, on se surprendra à voir qu'il aide (sûrement inconsciemment) les autres. Sa franchise a ouvert plus d'oeil que vous ne pourrez le croire. Il a probablement un bon fond, ce Nathan. Il faut juste savoir percer sa carapace au bon endroit pour y découvrir la richesse qui s'y cache.

Malgré tout, Nathan est un mec patient. Son calme semble si impassible que l'on se demande parfois s'il ressent quelque chose. Depuis son arrivée à Broken Academia, il a réussi à devenir un peu plus calme et pacifique, même si parfois, il n'hésite pas à utiliser son poing lorsqu'il juge que la situation devient trop dérangeante, ou que vous lui tapez simplement sur le système. Mais qui voudrait oser éveiller l'ours qui dort calmement dans sa grotte ? Sa présence ne passe pas inaperçue, mais son silence ne dérange personne. Il est comme une statue que l'on place au milieu d'une pièce, alors qu'elle n'a aucune raison d'être là. Peut-être la trouverez-vous dérangeante, peut-être vous arrêterez-vous pour l'observer. Nathan est comme ça. Tout dépend de votre perception. Mais la statue restera une statue, peu importe les efforts que vous y mettrez pour la changer, n'est-ce pas ? Mais comme Nathan n'est pas une statue et que cette mise en situation n'est q'une métaphore, il est peut-être influençable. Bon, comme mauvais. Mais difficile de changer une statue qui est là depuis des années, n'est-ce pas ?

Mais lorsque notre cher Nathan doit affronter des sentiments, il perd un peu -beaucoup- la face. Il a toujours été un grand maladroit avec les mots dans ce genre de situation, quand quelqu'un pleure devant lui notamment. Parce que jamais n'eut-il connu les douces émotions que tout enfant ait reçu. Tout ce beau tableau de grand homme aux allures d'un badboy s'envole dans un éclat, révélant un petit enfant encore perdu, qui cherche à trouver les mots, les bons mots. Et lorsque l'on réussi à trouver ses faiblesses, le plus simple pour lui est la fuite. Peut-être jamais n'eut-il besoin des autres, mais il a toujours accordé beaucoup d'importance à leurs jugements, aux regards qu'on lui porte, alors qu'on pourrait le croire indifférent, sans sentiment. Et il fait de son mieux pour cacher ses blessures. Il les panse en se consolant, en s'inventant des parents imaginaires, se créant un monde un peu plus beau. Des bras de mère l'enveloppant, une grande main de père se posant sur son épaule. Mais il n'y a jamais eu de parents anglais, comme il aime bien le raconter aux gens. Il n'y a jamais eu de parents, n'est-ce pas Nathan ? Il se ment à lui-même depuis tant d'années qu'il n'y prête plus attention. Et cette dépendance le met mal à l'aise, le rend honteux. Mais il n'y peut rien du tout. Parce que jamais personne n'a voulu l'aider. Nathan est seul. Si seul que c'en est triste.

Même si Broken Academia a guéris quelques blessures de son passé d'homme-chat de rue, on ne peut totalement guérir des blessures datant de sa plus tendre enfance. Mais il a laissé un peu de côté sa lâcheté pour faire des efforts et essayer de contrôler sa dépendance et d'être un peu plus souriant.


∞ You only live once;

ton passé



On aurait pu dire que son enfance était banale, un jeune orphelin dans les rues moisies et sombres de Manhattan. Personne ne sait ni pourquoi, ni comment il s'est retrouvé orphelin. Certains diront que ses parents étaient de pauvres immigrés de Londres qui n'avaient pas réussi à atteindre le rêve américain. D'autres diront qu'ils n'ont jamais existé, qu'il n'y a jamais eu de parents immigrés, qu'il n'y a pas eu de parents du tout. Qu'on aurait simplement trouvé le bébé parmi les ordures, comme on jette du poissons pourris. Mais il n'était pas comme n'importe quel bébé; il avait deux oreilles et une queue de chat.

On dit aussi qu'il a été trouvé par le proprio du restaurant chinois, qui passait ses nuits à le menacer de le servir aux clients en brandissant son couteau pour qu'il cesse de pleurer. D'autres rumeurs disent que c'est de cette manière qu'il a perdu un oeil. Ou peut-être était-il né comme ça. Simplement borgne. Il s'est ensuite retrouvé entre les bras d'une vieille dame qui avait eu pitié du bambin de trois ans, qui avait été jeté dehors. On ne su comment il avait survécu, parmi les ruelles infectées et infestées par les rats des villes. Mais une chose était sûre. Il était né garçon de rue. Et il le resta.

Malgré les bons soins de la vieille dame, jamais il ne voulu se présenter à l'école, jamais il ne voulu mettre un nez dans un bouquin. Il apprit les rudiments de l'écriture, des mathématiques, mais ses connaissances ne dépassent pas celles d'un enfant de 8 ans. Et c'est sans regret qu'il avait posé ses yeux sur la tombe de la vieille dame lors de son décès. Jamais n'avait-elle eu une place dans le petit coeur de rue de Nathan, alors âgé de 16 ans. Elle n'avait été que l'objet de son ascension dans le monde moderne. Il avait abusé de sa bonté, de sa gentillesse, que pour n'avoir qu'un toit sur sa tête, des vêtements sur son corps et de la bouffe dans son estomac. Et de nouveau, sa vie bascula. Alors que certains auraient cru qu'après avoir vécu orphelin dans la rue était une épreuve difficile, ce fut sans regret, sans but dans la vie, qu'il s'y retrouva de nouveau.

Drogue, prostitution. Ô combien de fois son corps fut-il utilisé à des fins malsains. Ô combien de fois fut-il contraint de dormir à même le sol, parmi les détritus. On fini par le convaincre qu'il était l'un d'entre eux. Jamais n'avait-il connu l'amour et l'affection. Cette vieille dame était déjà loin dans son esprit, cette vieille sorcière sévère. Pour Nathan, le choix était clair. La rue ou rien du tout. La rue était sa maison, son foyer. Il s'y sentait vivant, la douleur le faisait sourire, le sang le faisait rire, les coups qu'il recevait, il les encaissait sans broncher. On se mit à le reconnaître dans les ruelles, à venir demander ses services. Et ce fut seulement lorsque les griffes de la drogue l'agrippèrent qu'il comprit que sa vie n'avait été qu'un échec, une respiration de trop, inutile, dans ce monde. Il se mit à vendre, à consommer. Il n'avait aucune attache, aucune famille. Il se fichait de l'argent. Jamais l'argent ne pourrait lui donner du bonheur, comme jamais personne n'avait su lui donner. Il n'aurait fallu qu'il naisse à quelques quartiers de là pour aller à l'école, devenir professeur ou ingénieur. Mais Nathan, Nathan n'était qu'un fils de la rue, comme bien d'autres. Mais contrairement à eux, il avait survécu.

De nouveau, sa vie bascula lorsqu'il rencontra un homme au sourire serein et aux yeux aussi doux que les nuages flottants dans le ciel. Alors qu'il croyait rester fils de rue pendant toute son existence, on le conduisit à Broken Academia. Il devint un élève de cette école et grandit plus sainement, entouré et encadré par de bons soins. Il fut tellement reconnaissant envers cette école qu'il décida d'y rester et d'occuper le poste de surveillant.


∞ Behind the screen;

qui es-tu ?




Pseudo: Nilora CE.
Âge: 16 ans.
Question?: Nooo :3
Suggestions?: Perfect ♥
D'où connais-tu BA?: Je sais pas What a Face 
Disponibilité: Pendant les vacs 6/7 jours
Code: OK par Nathan.
Autre: <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

▲ nathan adams « master »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Master pro métier du livre de Grenoble 2
» Année Spéciale ou Master pro ?
» master 2 "monde du livre" à aix
» Master Relations Internationales
» master culture de l'ecrit et de l'image Lyon II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Academia :: La Paperasse :: Personnages :: Terminés-

Les z'amis ✰
Votez ♡